Anto Fils de Pop : je ne pouvais pas rester « muet »

Partager :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Dans la série d’interviews consacrées à celles et ceux – entreprises, associations, particuliers – qui ont mis en œuvre des initiatives solidaires face à la crise de la COVID-19, nous sommes allés à la rencontre de l’artiste insulaire Anto Fils de Pop.

Particulièrement touché par l’engagement des professionnels de santé, ce balanin a décidé de mettre en vente une série collector de 5 dessins qu’il a réalisés pendant le confinement pour récolter des fonds au profit du Centre hospitalier Calvi-Balagne.

Pourquoi avez-vous souhaité lancer cette initiative ?

En tant qu’artiste engagé je ne pouvais pas rester « muet » face à cette situation.  Comme tout le monde j’ai connu durant le confinement des moments de doutes, d’angoisse, de stress mais aussi des phases très positives qui m’ont permis de lutter contre cette période pour le moins anxiogène… ces dessins en sont la preuve. Je les ai créés spontanément, comme une sorte de résistance à la maladie et aux angoisses dégagées par la pandémie. Puis je les ai postés sur les réseaux sociaux et au vue des réactions qu’ils ont suscitées j’ai très vite décidé d’en faire une série limitée et de la mettre en vente au profit du Centre hospitalier Calvi-Balagne.

Que signifient ces dessins ?

Ils sont issus de tous les témoignages que j’ai reçu à travers différentes expériences. Soignants, infirmiers, personnels de santé, je pense notamment au docteur François Agostini, ou au docteur Leoni du centre COVID de l’Ile-tousse. Ils me rappellent les amis qui étaient là malgré la distance, malgré « l’enfermement ». Je me souviens aussi de Gilles Simeoni qui a partagé mon 1er dessin sur sa page officielle… mais aussi des amis touchés par la COVID et de ceux qui ont souffert dans leur chair… 

Vous avez décidé de vous engager spontanément, avec le recul que retirez-vous de cette expérience ?

Autrefois, quand j’étais collégien à Calvi, on me surnommait « Guy Degrenne ». A cette époque ma passion était le dessin plutôt que les maths… Je suis toujours au fond de moi ce collégien, mais les années ont passé et pour mes 50 ans je suis très heureux d’avoir pu faire un don de 3 700 euros à l’hôpital de Calvi – Balagne grâce à mon art.

J’ai été très touché par le fait que plus de 140 personnes aient acheté l’Enveloppe collector « en confinement ».  Je tiens à remercier Mme Danielle Bourcelet, directrice par intérim du Centre Hospitalier Calvi Balagne qui a accepté ma démarche. Je lui suis reconnaissant ainsi qu’à toutes les personnes qui ont cru en moi, et aux acheteurs de toute la Corse mais aussi du continent et de l’étranger. 

Partager :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Les derniers
articles publiés

"Opération Caddie" pour les étudiants le 7 avril à Corte

"Opération Caddie" pour les étudiants le 7 avril à Corte

L’Aitu Studientinu et à Ghjuventu Indipendentista unissent leurs forces ce mercredi 7 avril en organisant une opération de collecte de…
INSEME organise des groupes de parole avec la CAPA

INSEME organise des groupes de parole avec la CAPA

A partir du 29 mars, tous les derniers lundis du mois, les personnes qui font face à la maladie et…
Dernière ligne droite pour le "Challenge Innovation"

Dernière ligne droite pour le "Challenge Innovation"

Initié par la Fondation de l’Université de Corse en 2014, le Challenge Innovation est un concours d’idées dédié à l’innovation qui rassemble…